Qu'est-ce que le syndrome post-nucléotomie ?

Après une intervention chirurgicale sur la colonne vertébrale, on s'attend à une éradication  ou à un soulagement important de la douleur, immédiatement après l'opération. Heureusement, c'est le cas dans la majorité des cas. Si la douleur persiste même après l'opération ou si elle réapparaît, nous l'appelons le syndrome post-nucléotomie ou un syndrome post-discectomie. En anglais, il est également appelé "Syndrome des échecs de la chirurgie du dos" [en anglais: Failed Back Surgery Syndrome"]. Environ 15 % de tous les patients qui subissent une opération de la colonne vertébrale développent un syndrome post-nucléotomie. La douleur irradie souvent dans les bras ou les jambes - même si l'opération a été anatomiquement réussie. La douleur persiste et revient.

Plusieurs raisons peuvent expliquer pourquoi les patients se plaignent de douleurs malgré une opération "réussie" : le retard d'une opération nécessaire entraîne des dommages permanents et chroniques aux structures neurales. Dans certains de ces cas, la grave affection préopératoire des fibres nerveuses avant l'opération, due à une longue attente, pourrait laisser des traces permanentes de dommages, de sorte que le patient se plaindrait de douleurs supplémentaires. Dans d'autres cas, il y a des adhérences importantes après l'opération, de sorte que ces cicatrices se présentent comme une paroi, ce qui exerce une pression sur les structures neurales. Dans d'autres cas, le patient manque de soins et de soutien psychosociaux individuels. En fait, l'insatisfaction familiale ou professionnelle ou l'absence d'un emploi approprié peut créer ou manifester une atmosphère négative et contribuer ainsi au syndrome post-nucléotomie. La mémoire de la douleur est également considérée comme une raison du syndrome post-nucléotomie.

Tant de gens ont des douleurs dorsales récurrentes

En Allemagne par exemple, statistiquement parlant, environ 80 % des personnes souffrent de douleurs occasionnelles et environ 40 % ressentent des douleurs dorsales récurrentes régulières. Le diagnostic de hernie discale est posé 800 000 fois par an, mais 50 000 cas sont opérés. Seuls 15 % d'entre eux sont à nouveau confrontés à des douleurs.

Quels sont les symptômes auxquels je dois prêter attention?

Lorsque la douleur préopératoire persiste même après une opération réussie, si vous ressentez la même chose ou une chose similaire, dans ce cas, nous devons réfléchir au diagnostic possible : le Syndrome de Post-Nucléotomie (SSPT).

La persistance de la douleur après l'opération peut être liée à différentes causes

Il existe de nombreuses causes possibles pour le développement du syndrome post-nucléotomie :

  • adhérences et instabilité,
  • soulagement insuffisant des racines nerveuses après l'opération,
  • En outre, après une intervention, il arrive que la charge sur les segments adjacents de la colonne vertébrale augmente. Ils peuvent être surchargés et provoquer des douleurs ;
  • Des facteurs psychosociaux tels que le stress personnel et professionnel peuvent favoriser la présence d'un syndrome post-nucléotomie,
  • Mémoire de la douleur : une douleur intense mal traitée finit par laisser des traces dans la moelle épinière du patient ainsi que dans le cerveau. Ces traces de douleur sont appelées "mémoire de la douleur". Il s'agit d'un processus complexe de la vie nerveuse qui fait que les cellules de la douleur envoient des signaux de douleur au cerveau, provoquant une douleur spontanée qui n'a pas de cause organique ;
  • Il faut attendre longtemps avant de procéder à l'opération, car cela peut causer des dommages permanents aux fibres nerveuses.

Syndrome post-nucléotomie - Voici pourquoi le diagnostic est important

Trouver les raisons de votre syndrome post-nucléotomie n'est pas une tâche facile. Au contraire – c'est une tâche polyvalente, nécessitant beaucoup de connaissances spécialisées, l'empathie du médecin et l'utilisation judicieuse de la technologie. Comme toujours, ce diagnostic commence par des questions personnelles, auxquelles vous devez répondre le plus sincèrement et le plus concrètement possible. Votre médecin devra savoir comment et où était la douleur avant l'opération, où elle se situe après l'opération, si elle est aussi intense qu'avant l'opération, si vous avez des crampes musculaires, une gêne, si la douleur peut être influencée d'une manière ou d'une autre par la course, la position assise  ou les analgésiques, et quelles thérapies vous avez suivies jusqu'à présent.

Vos réponses permettront à votre médecin d'établir un diagnostic préliminaire. Vos rapports médicaux sont également importants, c'est pourquoi vous devez toujours les apporter avec vous. Cette conversation est généralement suivie d'un examen physico-neurologique qui comprend des techniques d'imagerie : rayons X, imagerie par résonance magnétique (IRM), tomographie assistée par ordinateur (CT). La scintigraphie peut être utile, surtout si vous suspectez une cause inflammatoire de la douleur. Il s'agit d'un examen de médecine nucléaire qui permet d'évaluer le métabolisme des tissus.

Si le médecin a détecté des déficits neurologiques, il peut mesurer la vitesse de conduction nerveuse (NCV) pour clarifier la situation. Si un médecin n'est pas en mesure, seul, d'aller au fond du problème, il ordonnera un diagnostic interdisciplinaire dit multimodal. Cela signifie que le diagnostic final sera établi par une équipe de médecins (comprenant des psychothérapeutes et des physiothérapeutes). Comme toujours, afin de vous aider, la cause doit être recherchée et identifiée. Et c'est la seule chose qui compte pour votre médecin, en qui vous avez évidemment confiance.

Thérapies possibles pour le syndrome post-nucléotomie

L'optimisation de la thérapie de la douleur, la physiothérapie, l'infiltration guidée par tomodensitométrie (PRT), l'infiltration des facettes, les soins psychologiques et l'optimisation du travail pourraient être des thérapies possibles pour ce syndrome. Si la douleur prédomine dans la colonne lombaire (syndrome de la colonne lombaire), la colonne cervicale (syndrome de la colonne cervicale), la colonne thoracique (syndrome de la colonne thoracique), le coccyx ou dans la région sacro-iliaque, la meilleure option est la dénervation par radiofréquence... Si les nerfs sont comprimés (récidive, restes d'une ancienne hernie discale, un rétrécissement encore existant), une nouvelle opération (microchirurgie) serait une bonne alternative, mais afin d'éviter les récidives, une fermeture par anneau de fibres pourrait être une bonne solution. Dans ce cas, nous appliquerions un gel anti-cicatrice par la microchirurgie. En cas d'instabilité, la meilleure option serait une fusion vertébrale (stabilisation). S'il n'y a pas de cause claire de la douleur, la stimulation de la moelle épinière serait une bonne alternative. Elle offre de très bons résultats. Souvent, une combinaison de plusieurs approches est nécessaire.

Pronostic ? La meilleure façon de vous aider vous-même ...

Avis : La vie n'appartient pas seulement au présent mais aussi et surtout au futur. Et si vous voulez faire un pronostic positif pour vous-même après un syndrome post-nucléotomie, c'est à vous de décider ! Accélérez le soulagement de votre douleur en reprogrammant la mémoire de la douleur. En général, des mesures comportementales (telles qu'une formation à la gestion de la douleur, une formation à la conscience du corps, une formation à la respiration) peuvent aider. Il en va de même pour les mesures de physiothérapie. Favoriser le développement des muscles dorsaux et abdominaux dans une école du dos.

Et, ce que vous devez savoir et garder à l'esprit : Le syndrome post-nucléotomie peut se transformer progressivement en syndrome de douleur chronique.

Dr. med. Munther Sabarini

Auteur
Dr. med. Munther Sabarini
Spécialiste en Neurochirurgie

Hans-Heinrich Reichelt

Coauteur
Hans-Heinrich Reichelt
Rédacteur en Chef de Medizin für Menschen

La Clinique Avicenna de Berlin est toujours prête à vous aider !

Depuis 2001, la Clinique Avicenna est basée à Berlin. Nos médecins ont au moins 25 ans d'expérience internationale dans leurs domaines respectifs (neurochirurgie, chirurgie rachidienne, anesthésie et orthopédie).

Si vous souffrez de graves douleurs dorsales, d'une hernie discale ou d'une suspicion d'hernie, veuillez nous contacter en utilisant les informations suivantes :

Clinique Avicenna
Paulsborner Str. 2
10709 Berlin

Téléphone : +49 30 236 08 30
Fax: +49 30 236 08 33 11
Courriel : info@avicenna-klinik.de

Vous pouvez appeler à tout moment, écrire un e-mail ou remplir un formulaire de rappel. Chaque patient obtient ensuite un rendez-vous avec un médecin de notre clinique, qui est un spécialiste de la colonne vertébrale (neurochirurgien). Sur la base des images IRM (apportées ou faites dans notre clinique) et d'un examen approfondi, le médecin discutera avec vous des différentes options thérapeutiques ou éventuellement chirurgicales. Vous pouvez également faire appel à nos spécialistes uniquement pour obtenir un (deuxième) avis.

Si vous décidez d'entreprendre votre thérapie et/ou de subir une opération à Berlin, nous souhaitons rendre votre séjour aussi agréable que possible. Dans notre clinique, vous êtes au centre de notre attention ! Vous pouvez vous attendre à un équipement ultramoderne dans tous les domaines - de la salle d'opération à la chambre du patient.

Les procédures de traitement les plus récentes, douces et peu invasives, sont au centre de notre clinique. Ensemble, nous essayons de trouver un traitement adapté à vos plaintes. La thérapie proprement dite n'a lieu qu'après une discussion détaillée avec le patient, des examens et des diagnostics.

Pour nous, aussi important que les soins médicaux, c'est l'engagement que nous prenons pour garantir à nos patients un niveau élevé de soins personnels qui peut, à son tour, leur assurer un séjour confortable.

Pendant la période d'hospitalisation, notre équipe d'infirmiers et d'infirmières s'occupera de vous 24 heures sur 24. Ils offrent également des services dans plusieurs langues étrangères, notamment en anglais, en russe, en polonais, en turc, en espagnol, en italien, en arabe, en bulgare et en français. Nous nous soucions non seulement de votre sécurité mais aussi de vos besoins, dans le respect des traditions et des religions.

Notre équipe est composée d'un groupe de spécialistes hautement qualifiés qui travaillent ensemble pour vous garantir un rétablissement rapide.